Série : la rentabilité des fermes en Permaculture… un mythe ?
Partie 2 : à l’échelle d’une maison particulière avec 4 ha

Featured Video Play Icon
Arte vous explique la Permactulture avec ses mots
22 novembre 2016
Verger en permaculture
Série : la rentabilité des fermes en Permaculture… un mythe ?
Partie 3 : une petite ferme avec activité commerciale
25 juin 2017
Show all
Ben Falks permaculture maison 4 hectares

Ceci est le deuxième volet de notre petite série sur la rentabilité et la viabilité des installation permacoles. Pour rappel, la partie 1 s'intéressait au jardin urbain et vous pouvez retrouver l'article ici.

C ette série d'article vise à répondre à la question que beaucoup de gens se posent encore : est-ce vraiment sécurisant de se lancer dans l'aventure de la Perma quand on n'est pas sûr que ce soit rentable et même profitable, autant sur le plan financier, qu'écologique ?

Dans cette série d'article, vous allez découvrir :

  • Les différentes échelles des fermes prospères en Permaculture
  • Un exemple de chaque échelle, avec le parcours des exploitants
  • Comment les fermes fonctionnent et comment se découpe leur chiffre d'affaire (sur la base des réponses obtenues par les concernés, sauf pour Mark Shepard)
  • Les différents types d'opérations rentables en Permaculture
  • ...et bien d'autres informations passionnantes !
Mais voici, sans plus attendre, la partie 2, sur la Permaculture appliquée à une maison et son terrain.

L'échelle d'une maison avec son grand terrain

Ben Falk et son terrain de 4 hectares après 10 ans d'établissement

La maison et l'étang

Ben Falk est l'heureux propriétaire de "Whole Systems Design" et auteur du livre La Ferme Résiliente. Il travaille en tant que designer en Permaculture, constructeur et écologiste, et a réalisé du consulting sur plus de 200 lieux en Nouvelle Angleterre. De plus, il a mis en place des dizaines de cours sur le design Peramcole, le choix d'un terrain, le design selon les microclimats et le design pour le changement climatique. Son site dans la vallée de Mad River dans le Vermont lui sert d'exemple pour le développement d'une approche régénérative dans les projets qu'il mène via Whole Systems Design.

Aujourd'hui, sa terre de 4 ha de terrain humide et de forêt a été conçue en un paysage comestible de bassins et marres, d'arbres fruitiers et d'arbres à noix, de forêts, de pâturages, de structures en pierre et en bois et d'espaces de vie en plein air. La ferme se trouve sur un terrain en pente, avec une série de marres en terraces qui font lentement couler les nutriments dans une série de bassins de rétention pour la culture du riz et pour fertiliser le sol sur son passage. Au début, la terre avait été très largement déboisée, surpâturée et plus ou moins abandonnée, pour laisser la place à une forêt de pins. Cependant, au cours des 10 dernières anneés, Ben a réussi à la transformer en un véritable jardin d'Eden qui démontre ce qu'il est possible d'atteindre quand les principes de le Permaculture sont bien appliqués.

Ben s'est investi personnellement dans le développement de sa terre et s'en sert de lieu de démonstration. Il dépense très peu, parce qu'il vit tout simplement dans un lieu bien conçu et économe en énergie. 80% de ses calories proviennent du lieu et il peut aussi puiser du carburant, des matériaux de construction et d'autres ressources sur le lieu. Et ses revenus viennent de son travail de designer, de conseil, d'enseignant de PDC (Permaculture Design Courses) et de ses conférences. Son revenu principal provient de son travail d'architecte paysager : choix des terres, développement du lieu, planning général, design du site, construction et gestion de projet. Il fait du consulting, et procède aussi l'implémentation complète des lieux, dans toutes les phases du processus. En plus de cela, il a une pépinière et est aussi reconnu pour son travail sur la popularisation de l'Argousier et de ses jolies baies oranges.

„La moitié des revenus viennent des services : consulting, design et construction”

Les marres successives

Voici le détail des revenus de cette ferme :

  • La moitié du revenu provient des services : consulting, design et construction (50%)
  • Les services d'enseignement - conférences, présentations, ateliers, PDC, son livre (30%)
  • Les faibles dépenses peuvent se comptabiliser comme un revenu (10%)
    -un autonomie élevée en nourriture, carburant, fibres, fourrage
    -80% des calories vient du site
    -faibles coûts de logement
  • Petite entreprise de pépinière (8%)
  • Visites du lieu (2%)

Résumé et remarques de Ben :

  • Ben pense que la taille idéal pour la plupart des gens est de 2 à 4 hectares : c'est suffisant pour subvenir à vos besoins, bien que vous pouvez viser plus grand si vous souhaitez faire du pâturage commercial ou de la foresterie.
  • Un site de démonstration est un point très important pour montrer aux gens ce qui fonctionne - cela permet aussi de décrocher des contracts de consulting et d'encourager les gens à s'inscrire aux ateliers, aux PDC et aux visites du lieu.
  • La première source de revenu vient de la ferme, il ne produit pas pour les marchés, mais répond juste à ses besoins, en réduisant ainsi ses dépenses.
  • La pépinière est une partie importante de la ferme, tout particulièrement quant au développement de lignées génétiques.
  • Ben se focalise sur la résilience, avec un degré élevé d'auto-suffisance, avec une petite entreprise.
  • Les chiffres des revenus de la ferme varient d'une année sur l'autre.

Cet article s'inspire de l'article rédigé par permacultureapprentice.com.