Série : la rentabilité des fermes en Permaculture… un mythe ?
Partie 4 : une ferme de taille moyenne et un centre d’apprentissage

maison lotissement permaculture design autonomie alimentaire autosuffisance
Permaculture totale, une maison pour une famille de 4 en climat méditerranéen
14 octobre 2019
Show all
ferme en Permaculture en climat mediterranéen

Voici le quatrième volet de notre petite série sur la rentabilité et la viabilité des installation permacoles. Il a donc été démontré qu'une ferme en Permaculture est rentable, puisque dans la partie 1, on s'est intéressé au jardin urbain, puis dans la partie 2 à une ferme autour d'une maison et dans la partie 3 à une petite ferme commerciale..

C ette série d'articles vise à répondre à la question que beaucoup de gens se posent encore : est-ce vraiment sûr de se lancer dans l'aventure de la Perma alors que certains véhiculent encore la croyance que vous ne serez pas rentables et ni même profitables, autant sur le plan financier, qu'écologique ?

Dans cette série d'articles, vous découvrez :

  • Les différentes échelles des fermes en Permaculture qui prospèrent
  • Un exemple de chaque échelle, avec le parcours des exploitants
  • Comment les fermes fonctionnent et comment se découpe leur chiffre d'affaire (sur la base des réponses obtenues par les concernés, sauf pour Mark Shepard)
  • Les différents types d'opérations rentables en Permaculture
  • ...et bien d'autres informations passionnantes !
Mais voici, sans plus attendre, la partie 4, sur la Permaculture appliquée à une ferme de taille moyenne.

L'échelle d'une ferme de taille moyenne avec son centre d'apprentissage

Food Forest en Australie du Sud, avec Annemarie and Graham Brookman, sur 25 ha après 25 ans d'établissement

Ferme permacole en climat tempéré chaud méditerranéen

Food Forest Ferme Permaculture en climate tempéré chaud méditerranéen

Annemarie et Graham Brookman, ainsi que leurs enfants Tom et Nikki, ont développé la ferme Food Forest Farm et son centre d'apprentissage à Gawler en Australie du Sud, près d'Adelaide. Le climat est un climat méditerranéen, tempéré chaud. Ils ont acheté une propriété de 15 hectares il y a 25 ans alors que ce n'était qu'un terrain vague recevant une faible pluie annuelle. Avec le temps et un bon design permacole, ils ont transformé ce lieu en une ferme en Permaculture profitable qui nourrit la famille et la communauté locale.

On y trouve aujourd'hui plus de 160 variétés de fruits et de fruits à coques certifiés Bio, du blé, des légumes, des œufs de poules élevées en plein air, du miel, des graines de caroube, des plantes comestibles indigènes australiennes, des petits plants et du bois de construction. elle est reconnue comme l'une des petites entreprises Bio les plus soutenables d'Australie et croît continuellement depuis plus de 20 ans, avec très peu d'endettement et un fort rendement financier. Sur la propriété, l'eau est collectée pour l'usage à la maison, des panneaux solaires servent à produire l'eau chaude et des cellules photovoltaïques alimentent la maison en électricité, tandis que le surplus d'énergie est renvoyé au réseau.

Leurs revenus sont diversifiés et en cohérence avec les valeurs qu'ils incarnent. Une part important des revenus provient de la certification Bio NASSA organic. Ils produisent des vivaces à forte valeur : des fruits à coques comme des pistaches, des noix, etc. Ils sont les plus gros producteurs de pistache et de caroube Bio en Australie. Grâce à leur stand sur un marché bimensuel, ils vendent leurs fruits, leurs légumes et leurs plants.

Un des points leur permettant de faire une forte valeur ajoutée est qu'ils produisent du raison et font leur vin, ils produisent aussi des olives et de l'huile de d’olive, et offrent une gamme diversifiée de produits. Ils sont un magnifique exemple d'entreprise permacole réussie et soutenable.

La transmission représente aussi une part important de l'équation, puisqu'ils enseignent des PDCs et qu'une fois par an, le professeur est tout de même David Holmgren. De plus, ils ont auto-publié un DVD intitulé Designer pour la Vie : l'histoire de Food Forest expliquant leur parcours pour établir Food Forest.

La ferme nécessite beaucoup de travail manuel, et pour en assurer la main d'œuvre, Graham et Annemarie accueillent régulièrement des travailleurs auxiliaires les jours qui précèdent la vente au marché. Ils ont aussi des WWOOFers qui vivent sur place. Ils emploient aujourd'hui 5 personnes locales à temps partiel en plus de leur temps plein en tant que couple.

„Un design de qualité et de la persévérance”

Le verger "avant", en 1987

avant-après-Permaculture

Le verger "après", en 1996

avant-apres-permaculture

Voici le détail des revenus de la ferme Food Forest :

  • Vente des produits (50%)
    - fruits et noix certifiés Bio
    - blé et légumes
    - œufs de plein air
    - miel
    - graines de caroube
    - plantes comestibles indigènes australiennes
    - petits plants
    - bois de construction
    - Produits transformés : vin, huile d'olive, cidre.
  • Enseignement, visites et vente de média (47%)
    - PDC
    - ateliers
    - vente de DVD
  • Service de conseil en Permaculture 1 - 2 %
  • Petites opérations de pépinière 1 - 2 %

Résumé et leurs remarques :

  • Cette taille de ferme permet une grande diversité de cultures et des économies d'échelles pour gagner de l'argent dans le cadre de la certification Boi.
  • La production primaire, la transformation et la vente directe au marché engendre des coûts assez élevés.
  • Par opposition, la transmission, les visites et la vente de media sont gourmands en temps mais ne nécessitent que peu de dépenses.
  • Les produits à forte valeur ajoutée représentent une part importante de la diversification et offrent de fortes marges.
  • La contribution des WWOOFers au modèle économique est quasiment invisible. Ils abattent beaucoup de travail mais nécessitent aussi beaucoup de formation, de supervision, de nourriture et de logement.
  • C'est donc un exemple de plus d'une propriété qui attire l'attention et l'intérêt des gens, qui sont ensuite transformés en revenus via des ateliers et des PDCs.

Cet article s'inspire de l'article rédigé par permacultureapprentice.com.